La crainte face à un parent

  L'énurésie et la crainte

Pour l’énurésie, très souvent l’enfant éprouve une grande crainte face à un parent. Cela peut être le père, la mère ou toute personne représentant l’autorité. La peur n’est pas nécessairement physique. L’enfant aime tellement ce parent qu’il craint de lui déplaire. Il n’ose pas agir à l’encontre des désirs de celui-ci. Cette attitude n’est pas bénéfique. Il se prive d’un bien-être et il n’est jamais lui-même. Il est très important de reconnaître ce phénomène et de chercher à couper le cordon avec le parent concerné.

L’enfant n’a pas à faire plaisir à qui que ce soit : ni son père, ni sa mère. Ses expériences sont les siennes et quoi qu’il fasse, iln’a pas lieu d’avoir à déplaire. Encouragez-le plutôt que de le reprendre. Il en sera beaucoup plus épanoui.

Je vais vous raconter l’histoire d’un garçon de 10 ans, qui avait cette problématique, la crainte et dont les conséquences étaient si dramatiques. Il jouait au football et adorait ce sport. Hélas son père était d’une exigence exacerbée qui dénotait une rigidité caractérisée. Comme ce petit garçon souffrait de la séparation, il voulait compenser en faisant plaisir à cet homme par une pratique de footballeur intensive. Le père comptabilisait les jongles pieds gauches, pieds droits sur des tableaux Excel. 150 à 200 et cela ne suffisait pas. Il passait des heures à s’entraîner et ce n’était jamais assez bien. Il attendait tellement le regard de son père Les accompagnements aux match se résumaient, à des vociférations et des reproches perpétuels. « Tu n’es nul !, bouge toi !, va à droite !, à gauche !,trouillard…. Ce petit garçon serait les dents face aux humiliations de son père mais la nuit desserrait le sphincter urinaire. Il voulait tellement être reconnu et aimé par ce père « sois parfait » ! Ainsi, il ne disait rien et se pliait à l’autoritarisme de cet homme. La crainte était tenace. Et la nuit, l’incontinence s’installait avec son cortège de souffrances.Après une consultation, le problème fut évoqué et le foot arrêté malgré le plaisir de ce garçon. La rigidité du père et le déni de celui-ci étaient trop importants. Conjointement, nous avons mis en place le Passeport Nuits Sèches®. Le jeune homme est depuis continent, a cessé le fait de « faire plaisir » à son père, qui lui même a pris conscience de sa propre souffrance, de ses propres blessures d'enfance. Ce jeune garçon se reconstruit en se faisant plaisir, mot clef de l’épanouissement.